CATALOGUE ET COLLECTION

Catalogue électronique Regard

«Comme équipement plutôt ‘léger’, on entretient l’espoir de recourir un jour à l’informatique documentaire pour mener à bien certaines opérations à l’échelle provinciale dans le domaine des bibliothèques.» (Victor Coulombe, s.j., 1987)

Depuis 2013, tous les documents nouveaux, les documents antérieurs à 1800 et les périodiques ont été inscrits dans le catalogue électronique de la BCJ: il s’agit de la banque Regard, qui sert de banque des données électronique au Collège Jean-de-Brébeuf. Pour y avoir accès, il suffit d’ouvrir le site web du collège, de choisir l’onglet Bibliothèques, de cliquer sur la Bibliothèque de la Compagnie de Jésus puis sur le catalogue Regard. Il est recommandé d’utiliser l’option Recherche avancée.

Trois sections du catalogue électronique

Le catalogage électronique des 200 000 documents de la BCJ est en cours. On peut déjà trouver dans les trois sections du catalogue électronique au moins les documents suivants:
– 14 707 documents dans section collection générale;
– 1104 titres dans la section des périodiques;
– 4333 documents dans la section des ouvrages antérieurs à 1800.
Ces notices représentent environ 20 % de documents de la BCJ.
Accès au catalogue électronique
Le lien donnant accès au catalogue en ligne est : Catalogue éléctronique

Collection ancienne

«Les collections les plus vénérables et les plus précieuses de la maison […] s’alignent sur les rayons d’une salle de consultation. Tout appelle au travail.» (Roger Marcotte, s.j.,«Le scolasticat de l’Immaculée-Conception», Jésuites canadiens, nº3, oct. 1948, p. 7)

Environ 5000 documents antérieurs à 1800 figurent dans les 1527 notices disponibles sur le catalogue électronique. En cliquant sur l’onglet «Voir le détail» de chaque notice, on peut voir une image PDF de la page couverture du document qui accompagne la notice. Tous ces documents fragiles reposent dans un local dont la température et l’humidité sont contrôlées. Ce qui permet de mieux conserver la collection.

Parmi les 685 documents répertoriés à ce jour par les chercheurs comme ayant fait partie de la première bibliothèque canadienne (1635-1800), 83 volumes sont disponibles à la BCJ. Ils correspondent à 111 titres de la première bibliothèque canadienne, la bibliothèque de l’ancien Collège des jésuites de Québec, dont la construction débute vers 1635. «Le dernier jésuite survivant en Amérique du Nord, le Père Casot, mort en 1800, a dispersé les livres de cette bibliothèque. Dans cette collection se manifeste la diversité des intérêts des jésuites français missionnaires en Nouvelle-France: religion, médecine, sciences, lettres, géographie et histoire, architecture, philosophie…» (Roger Nadeau, s.j.)

Le plus ancien imprimé de cette section de la BCJ est une Somme des cas de conscience rassemblée par le frère Angelus de Clavasio, un manuel du confesseur qui remonte à 1504: Summa angelica de casibus Conscientiae [per fratre[m] Angelu[m] de Clauasio co[m]pillata. Venetiis [Venise] per Georgium de Ariuabenis Mantuanu[m], 1504.

La section des ouvrages antérieurs à 1800 compte également quatre manuscrits:
1) Un manuscrit des années 1480-1500 dont l’«Incipit prologus opus sequens vol.» («Ici commence le prologue de l’ouvrage suivant») en couleur rouge donne une liste, qui commence par Abraham et Moïse, et énumère 24 «capitula» (chapitres) présentant des personnages de l’Ancien Testament dont il est discuté dans cette dispute entre juifs et chrétiens. Attribué au dominicain Thibaud de Sézanne (Theobaldus de Sexania, ca. 1244-1250), le document de 69 folia est le Faretra judeorum, repris avec la variante de Pharetra de Judeorum en caractères gothiques sur la pièce de titre du dos qui n’est pas d’origine.
2) Un texte transcrit à deux mains sur les psaumes mis en vers français au XVIIIe siècle: Le pseautier mis en vers par le feu Reverand pere Lebreton, Jésuite décédé en l’année 1686 en odeur de sainteté […].
3) La reproduction d’un manuscrit du XIe siècle comportant des illustrations en couleur: L’Apocalypse de Saint-Sever: manuscrit latin 8878 de la Bibliothèque nationale de France, XIe siècle, notice descriptive par Emile-A. van Moé. Paris: Editions de Cluny [1943], 24 p.; 29 planches.
4) Un manuscrit de langue anglaise sur les prières et dévotions: Certain Patterns of Devout Exercises of Immediet acts & affections of the Will, by the Late Father Augustine Baker, Monk of the Holy order of S. Benedict, 327 p. Un de ses ex-libris indique en anglais «qu’il a été offert à la bibliothèque du scolasticat de Trois-Rivières par Mme E. Potts, 1883» (traduction).

Dans cette collection ancienne, plusieurs documents sont en latin. Parmi les titres en français, signalons l’ouvrage du Père Alexandre de Rhodes (1559-1660), s.j.: Sommaire des divers voyages et missions apostoliques depuis l’année 1618 jusqu’à 1653…, 1653. Missionnaire au Vietnam, l’auteur est connu pour avoir proposé la première transcription phonétique et romanisée de la langue vietnamienne.

La bibliothèque possède un livre très rare, dont il existe peut-être six exemplaires dans le monde; livre écrit à Sainte-Marie-des-Hurons (Midland, Ontario) par le père Pierre Chastellain (1606-1684) et édité à Paris, en 1648, sous le titre suivant: Affectus Amantis Christum Iesum seu exercitium amoris erga Dominum Iesum Pro Tota Hebdomada. Ce serait, semble-t-il, le premier livre composé en Amérique du Nord; il a été traduit en français par Joseph Hofbeck: L’âme éprise du Christ Jésus ou Exercices d’amour envers le Seigneur Jésus pour toute une semaine, Éditions Guérin, Montréal, 1999, 741 pages. La traduction est aussi disponible à la BCJ.

Des Bibles anciennes comme la Biblia Sacra Polyglotta en six volumes (1655-1657) côtoient des commentaires de Jérôme et d’Augustin; de vieilles éditions d’auteurs de l’Antiquité, du Moyen-Âge, de la Renaissance, des Lumières dorment sur des étagères de ce dépôt: Platon, Aristote, Thomas d’Aquin, Luther, Suarez, Bellarmin, Descartes, François de Sales, Fénélon, Hume, Locke, Newton, Buffon, Montesquieu, Lenain de Tillemont, Christian Wolff, l’Encyclopédie des arts et des sciences de Diderot et d’Alembert de 1751 et sa nouvelle édition de 1777, le Dictionnaire de Trévoux, etc.

Collection moderne

«La collection est constituée principalement de livres de théologie et de philosophie, mais aussi de livres rares anciens qui témoignent de l’intérêt des jésuites dans les différents domaines des arts et des sciences et du rôle qu’ils ont joué dans l’édification intellectuelle du pays.» (Josette Michaud, 2006, p. 304)

Si la plupart des documents antérieurs à 1800 sont en latin, les collections plus récentes, y compris les périodiques, montrent une grande variété de langues: anglais, allemand, italien, espagnol… Surtout dans les collections sur les études bibliques et les études classiques, les textes peuvent être en syriaque, en arabe, en hébreu ou en grec ancien.

Des dons importants et des achats judicieux ont permis d’imposer à cette bibliothèque une cohérence certaine malgré ses 135 années de développement continu, surtout dans les domaines philosophique et théologique. Les principaux secteurs de la collection se répartissent ainsi: ouvrages de référence (collection Migne latin et grec, Corpus de Berlin et de Vienne, Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Patrologia Orientalis, la Sacrorum concilorum… collectio de Mansi, Bollandistes, Sources chrétiennes, textes des conciles, etc.), éditions critiques des œuvres de la tradition chrétienne; Recherches sur l’Écriture sainte (environ 12 000 volumes), Pères de l’Église, Théologie morale, Histoire de l’Église, Droit canonique, Spiritualité, Compagnie de Jésus, Apologétique, Prédication, Catéchèse; Philosophie, Psychologie, sociologie, politique.

La bibliothèque a reçu les Canadiana (1950-1977), une bibliographie qui signale les publications canadiennes ou les publications se rapportant au Canada. En plus des ouvrages publiés au Canada, cette bibliographie nationale comprend des ouvrages publiés à l’étranger, mais écrits par des Canadiens ou traitant de sujets canadiens. La bibliothèque dispose aussi de la Bibliographie du Québec (1968-1979), qui couvre la liste des publications québécoises ou relatives au Québec établie par la Bibliothèque nationale du Québec. La bibliothèque renferme des documents sur les Premières nations, la Nouvelle France, la littérature canadienne-française du XIXe siècle, la littérature québécoise, etc.

Comme autres champs d’intérêt, on peut mentionner l’antiquité classique, les arts, le cinéma, les sciences, l’éducation, la linguistique, le droit canadien. En droit civil, en plus de quelques vieux auteurs comme Pothier, y figurent les commentaires du Code civil: Mignault, Langelier, Trudel, etc. Aussi y trouve-t-on les Statuts refondus du Canada et des lois de la province de Québec. Cela est complété par des ouvrages du droit romain tels les Pandectae Justinianeae ou le texte de la Coutume de Paris. En droit canon, on trouve des Corpus Juris Canonici, dont l’édition de Friedberg, et les collections des décisions de diverses congrégations romaines: Propagande, Rites, Indulgences, Rote, sans parler de la série des Acta Sanctae Sedis, Analecta, et de bullaires nombreux.

On trouve aussi de grands auteurs en histoire de l’Église, les textes de grands philosophes et divers manuels, notamment des collections établies: Bibliothèque d’histoire de la philosophie, Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, Bibliothèque de la revue d’histoire ecclésiastique, Bibliothèque philosophique de Louvain, Études de philosophie médiévale, Études de théologie et d’histoire de la spiritualité, Études de théologie historique, et des contributions sur les instituts médiévaux.

En somme, la BCJ se distingue par la grande variété de ses sources anciennes et modernes. Tout en se souciant de conserver les grands auteurs de la tradition occidentale, elle ne laisse pas de côté les auteurs orientaux et arabes. Aussi la connaissance du français et de l’anglais, mais aussi des langues anciennes est-elle souhaitable pour une utilisation maximale des sources disponibles à la BCJ.

Depuis la fermeture du scolasticat des jésuites de la rue Rachel (Montréal) en 1968 et le déménagement de la bibliothèque au sous-sol du pavillon Lalement au Collège Jean-de-Brébeuf, une nouvelle politique d’achats et des règles plus strictes fixées pour l’emprunt des volumes furent élaborées. La bibliothèque devint en fait une bibliothèque de consultation. Grâce à la centaine des périodiques encore actifs, la BCJ choisit et acquiert des monographies permettant de grader vivante sa collection.