L’écoute de balados (podcasts en anglais) continue de gagner en popularité au Canada, notamment chez les jeunes de 18 à 34 ans qui détiennent un diplôme universitaire*.

En 2020, chaque mois, 27 % des adultes écoutent régulièrement un balado (vs 24 % en 2017)*. Les principales plateformes numériques d’écoute en ligne ont toutes une section dédiée à ce type de contenus. Même les grands médias d’information généralistes suivent les pas de Spotify, d’iTunes et de YouTube. La comédie, la société, la culture et l’actualité sont les thématiques les plus populaires. Près du ¾ des auditeurs écoutent leur balado sur leur appareil mobile*.

Le Collège Brébeuf est également atteint par cet engouement. Certains étudiants produisent des balados et les diffusent. Nous avons rencontré deux d’entre eux, MingXi Gu et Felix Bilodeau-Boisvert, ainsi que Valérie Langevin, une diplômée du Collège Brébeuf en Arts, lettres et communication (ALC), étudiante à l’UQAM au baccalauréat en communication et apparitrice au Collège. Ils nous parlent de leurs projets.

D’une entrevue avec un entrepreneur à un balado

En 2020, MingXi Gu était élève en 5e secondaire au Collège Brébeuf et rédacteur en chef du magazine en anglais The Last Word. Dans le cadre de cette activité, il a développé des qualités journalistiques. Sur les conseils d’un ami, il contacte l’entrepreneur Jonathan Ferrari pour réaliser une entrevue. Ce dernier est PDG de Goodfood et diplômé en 2004 du Collège Brébeuf. L’enregistrement audio de cet échange passionnant se fait durant l’été.

« Intéressé déjà par l’entrepreneuriat, mais ne sachant pas quoi faire dans la vie comme beaucoup de jeunes » de son âge, précise-t-il, il décide de continuer de faire des entrevues avec des entrepreneurs afin de répondre à ses questions :

  • Comment les entrepreneurs réussissent-ils à trouver ce qu’ils aiment faire et à quel âge?
  • Quelles sont leurs motivations?
  • Comment ces personnes extrêmement talentueuses dans ce qu’elles font se distinguent-elles?

De là, est venue l’idée de partager et de diffuser ses entrevues sous forme de balados pour en faire bénéficier le plus grand nombre. Présentement en première année dans le programme BI Sciences de la nature, il a déjà réalisé une quinzaine d’entrevues. Le balado porte le nom The Visionnaires.

MingXi Gu, créateur du balado The Visionnaires

Un balado en anglais à propos de jeunes entrepreneurs

Le sujet principal du balado The Visionnaires est les entrepreneurs, leurs parcours et leurs projets. La clientèle visée est « les élèves de secondaire 5, les étudiants des cégeps, les jeunes qui souhaitent en savoir plus sur les entrepreneurs et leurs domaines d’activité », dit MingXi Gu.

« Ces personnes sont des visionnaires […] la plupart du temps avec une jeune carrière. Ce sont des gens qui ont une vision claire du monde dans le futur. Ils veulent tout faire pour exécuter cette vision. Ils savent ce qu’ils veulent faire et ce qu’ils aiment faire », explique MingXi Gu.

« C’est ce que je cherche à comprendre et beaucoup de mes camarades aussi. Comment ont-ils réussi à trouver ce qu’ils aiment faire ? » – MingXi Gu, étudiant au BI Sciences de la nature

Avec les entrevues, il a aussi remarqué que « les personnes qui essayent de changer le monde sont de plus en plus jeunes, de 17-18 ans ». Il donne des exemples, entre autres :

  • Cyril Mani, un diplômé du Collège Brébeuf, a cofondé une entreprise qui fait de la livraison de matériel médical et humanitaire par drones;
  • Alishba Imran, une jeune fille de 17 ans, a développé des prothèses de bras innovantes et moins chères que celles des autres compagnies déjà sur le marché.

« Il n’y a pas assez de couverture médiatique de ces personnes-là… Il n’y a pas de médias pour les jeunes faits par les jeunes », conclut MingXi Gu.

Du balado à un journal numérique

MingXi Gu a « l’intention de continuer cette aventure même après le cégep et l’université ». Cette envie d’informer, de partager et de donner la parole à sa génération est forte.

C’est pourquoi une équipe d’une quinzaine d’étudiants du Collège Brébeuf et lui ont fondé récemment un journal numérique The Millennia. Ce dernier, qui intègre le balado The Visionnaires, est un média en anglais d’information et d’idées sur les affaires, l’entrepreneuriat, la technologie, la science et le développement personnel.

D’un événement en présentiel au balado

En février 2020, le Club Entrepreneuriat Brébeuf organisait dans l’ancienne chapelle du Collège Brébeuf Le rendez-vous responsable. Plus de 150 personnes invitées, des entreprises et des conférenciers se sont réunis autour de la thématique du développement durable.

Mais cette année, les conditions sanitaires liées à la pandémie ont orienté l’équipe du Club a trouver une alternative numérique à un événement en présentiel. Comme il y avait déjà un intérêt général pour le balado parmi les 16 membres du Club, ces derniers l’ont choisi comme projet événementiel.

« Cela a commencé comme un projet temporaire, mais c’est devenu notre projet principal depuis novembre compte tenu de la situation sanitaire ». Félix Bilodeau-Boisvert, étudiant au DEC Sciences sociales et coprésident du Club Entrepreneuriat Brébeuf

Et pourtant, il nous confie que « personnellement, je ne consommais pas beaucoup de podcasts avant la pandémie. Je ne comprenais pas le média. Quand j’écoutais quelque chose, je voulais écouter de la musique ». Il trouvait un peu « plate » d’écouter des personnes discuter. « Pendant la pandémie, j’ai commencé à en écouter et maintenant, j’en écoute souvent, au moins un par jour. C’est vraiment plaisant », ajoute-t-il.

Anthropologie + entrepreneuriat = Entropologie

Félix Bilodeau-Boisvert nous parle du balado Entropologie

Le premier épisode du balado Entropologie du Club Entrepreneuriat Brébeuf a été mis en ligne début février. Le nom a été créé à partir des mots anthropologie et entrepreneuriat. Il donne la parole à des personnes « qui ont eu le courage de suivre leur passion pour en faire leur métier ». Chaque épisode permet de découvrir « l’univers d’un entrepreneur, de s’immiscer dans son parcours de vie et de découvrir une nouvelle avenue du monde des affaires d’aujourd’hui et de demain » dans différents domaines d’activité.

« Même s’il est difficile de faire de grosses rencontres en ligne à plus de 10 personnes en même temps », nous dit Félix Bilodeau-Boisvert, les étudiants ont réussi à s’organiser. Les 4 départements du Club (marketing, relations publiques, logistique et informatique) se sont réparti les tâches. Par exemple, « les relations publiques s’occupent de rédiger les questions et d’aller chercher les invités », précise Félix.

Heureusement, les règles sanitaires ont permis à certains moments de « faire les enregistrements au Collège avec les deux animateurs et l’invité du balado », nous dit Félix. « On faisait des séances de deux à trois heures ». Les autres enregistrements ont été faits 100 % en ligne.

Au début, d’un point de vue technique, comme la captation du son, « il n’y avait vraiment personne qui s’y connaissait », ajoute Félix. « On s’est fait aider par le département d’audiovisuel à Brébeuf. Ils nous ont prêté de l’équipement ». Mais Maxime Géraud-Boucher, un des membres du Club « fait de la musique et s’y connaissait en logiciel de montage de son… On s’est aussi abonné à Adobe Creative Suite. On apprend tous ensemble comment cela fonctionne », précise Félix avec fierté.

Une volonté de faire durer le projet dans le temps

« Certains membres du Club semblent de plus en plus intéressés par le projet. On ne sait pas où cela va nous mener, mais j’en ai parlé à la relève du Club. Ça les tente de continuer, surtout que maintenant on a mis en place la base du podcast », conclut Félix.

Un balado pour mettre en valeur le programme Arts, lettres et communication et les acteurs du domaine

Tout comme pour Felix Bilodeau-Boisvert, la situation due à la pandémie de COVID-19 a été une occasion de découvertes pour Valérie Langevin : elle a notamment commencé à écouter des balados.

« Je pense que je me cherchais une raison pour prendre plus de marches. […] Avec la pandémie, je trouvais ça super intéressant que ce soit long, que ce soit des conversations et que j’en apprenne plus ». Valérie Langevin, diplômée du Collège Brébeuf au DEC ALC, étudiante à l’UQAM et apparitrice au Collège

Valérie Langevin, conceptrice du balado PointCom

L’idée lui est donc venue de lancer le balado PointCom avec le Collège Brébeuf afin de valoriser le programme ALC et d’en apprendre plus sur les acteurs des différents domaines des arts, des lettres, de la communication et des médias.

Valérie Langevin sera l’animatrice et elle compte inviter des anciens et des professeurs du programme ALC, ainsi que des étudiants et d’autres personnes qui ont un intérêt pour ces domaines. Dans ses entrevues, elle souhaite « faire briller le talent et l’innovation, tout en restant vraie », ainsi que de « parler de cette période charnière qu’est le cégep ».

Pour Valérie, « le domaine des arts est peu connu et moins glorifié que les sciences. On devrait plus en parler ». « J’adore apprendre. Je veux apprendre sur ces domaines-là », précise-t-elle.

De plus, elle a envie de « promouvoir la culture du Québec », qui est très diversifiée. « Aucun épisode ne va se ressembler », ajoute t-elle.

Enregistrer au studio de communication du Collège Brébeuf et diffuser sur les plateformes numériques

Les compétences d’André Gauthier, technicien en communication, vont être mises à contribution. « Le studio de communication du Collège, un endroit avec tellement de ressources et de matériel » va être le lieu d’enregistrement, précise-t-elle.

Elle nous informe aussi que Spotify, iTunes et peut être YouTube seront les plateformes numériques pour la diffusion. La promotion se fera sur les réseaux sociaux du Collège et du programme ALC Brébeuf.

« Si dans le podcast on parle de telle pièce de théâtre ou de tel livre », Valérie souhaite aussi que l’on « puisse également donner des références et présenter nos invités d’une manière adéquate. Je souhaite rendre cela interactif et présenter aussi les éléments paratextuels de l’œuvre ».

Cette initiative a reçu le soutien enthousiaste et l’aide de Marie-Stéfanie Taschereau, professeure de communication au Collège Brébeuf. Les premiers enregistrements seront réalisés cet été pour un lancement à la rentrée scolaire 2021. Valérie a bien hâte de nous faire écouter le premier épisode!

Dissertum, le balado de Perceptum, le journal scientifique  du Collège Brébeuf

Lancé en octobre 2020 par l’équipe de Perceptum, il préconise la vulgarisation et l’exploration de la science au sein de la communauté étudiante de Brébeuf… et au-delà.

»»» Écouter les épisodes


*Rapport de The Canadian Podcast Listener 2020