Les pairs-aidants sont un groupe d’élèves de 3e, 4e et 5e secondaire dont le rôle premier est d’être à l’écoute de leurs pairs et d’offrir du soutien à leur entourage.

Encadrés par l’équipe des services en santé, les pairs-aidants prônent des valeurs d’écoute, d’entraide et de partage, qui contribuent à créer une atmosphère de vie saine au sein du Collège Brébeuf.

Nous avons rencontré deux pairs-aidants, Arnaud Brossoit et Ingrid Maria Petcu de 4e secondaire, pour leur poser quelques questions sur leur engagement.

Comment avez-vous connu les pairs-aidants et qu’est-ce qui vous motive dans cette nouvelle initiative?

Arnaud Brossoit

« J’ai connu cette initiative en allant au bureau de la personne responsable du bénévolat, M. Couture-Brière. Je suis allé en début d’année pour lui demander s’il y avait de nouvelles initiatives à faire avec l’école ou en partenariat avec l’école. Parce que cela m’intéresse d’aider et surtout cette année avec la COVID. On sait tous que l’on vit des moments difficiles. Il m’a parlé des pairs-aidants. C’est comme cela que j’ai connu le projet. Je ne regrette pas du tout de m’être engagé.

[Ce qui me motive], c’est surtout l’adolescence, car à cette période, on a tous des questions. En secondaire 1, 2 et 3, il y a plusieurs questions que je me posais. Je crois que j’aurais aimé ça avoir des ressources de mon âge pour répondre [à des questions] sur l’école, les amis, les blondes ou les chums. On devient un adulte. »

« Si je peux aider des élèves de secondaire 1, 2 et 3 ou même de mon âge, cela m’intéresse beaucoup. C’est important que l’on puisse poser des questions pour mieux grandir. » – Arnaud Brossoit

Arnaud Brossoit, pair-aidant, élève de 4e secondaire

Ingrid Maria Petcu

« J’ai reçu un courriel durant l’été. J’ai trouvé cela vraiment intéressant. Mon père a travaillé en psychologie. J’ai toujours été sensibilisée à la santé mentale et mon père m’a toujours aidé à formuler mes émotions et à communiquer avec les gens. J’ai toujours trouvé que c’est un sujet très important. »

Ingrid Maria Petcu, pair-aidante, élève de 4e secondaire

Vous sentez-vous à l’aise de répondre aux questions des autres?

Arnaud Brossoit

« Je suis un gars qui parle beaucoup! Je pense beaucoup. J’ai travaillé dans un organisme communautaire à Pointe-Saint-Charles. Je parlais beaucoup à des gens et à des enfants aussi. Cela m’a vraiment ouvert et j’ai beaucoup aimé ça. Le fait de leur parler, ça leur donnait du bonheur. Si je peux faire de même à mon école… »

Ingrid Maria Petcu

« Je suis passée par un trouble alimentaire il y a deux ans. Je souhaitais redonner aux gens qui m’ont aidée, et offrir cette disponibilité à d’autres qui passent à travers la même chose. Cela m’a beaucoup aidée d’avoir des gens [qui me soutiennent], particulièrement mon père et des amis qui ont dû changer un peu leur comportement vis-à-vis de la nourriture et de l’alimentation. »

Pairs-aidants : Un pour tous, tous pour toi

Y-a-t-il déjà des jeunes qui ont fait appel à votre soutien?

Arnaud Brossoit

« Nous avons mis en place un système de messagerie. Les élèves peuvent envoyer des messages anonymes sans montrer leur visage ni donner leur nom. »

Ingrid Maria Petcu

« Je suis en train d’aider une personne dans ma classe. Je supporte également une personne très proche de moi avec des conseils. Je l’ai mise en contact avec M. Normand, travailleur social au Collège Brébeuf. Je sens que les jeunes ont besoin de ça. Les adultes sont souvent intimidants.

« Quand on va voir une personne de notre âge qui est prête à aider, c’est beaucoup plus facile. » – Ingrid Maria Petcu

Combien de temps pensez-vous être pair-aidant?

Arnaud Brossoit

« J’aimerais le plus longtemps que je peux. Cela dépend du temps que je reste à Brébeuf. Si je reste comme surveillant peut-être. Normalement, ce serait jusqu’en secondaire 5 ou en première année de collégial. Comme c’est le début, on [souhaite] que des élèves de secondaire 2 et 3 reprennent l’initiative pour que cela recommence, et que chaque année on recrute de nouvelles personnes. »

Ingrid Maria Petcu

« J’ai envie de continuer en secondaire 5 et au collégial. La psychologie m’a toujours intéressée. Je suis un peu sur la voie de mon père. C’est vraiment lui qui, quand il voyait que je n’allais pas bien, me demandait de mettre en mots mes émotions et de me poser des questions. C’est vraiment une grande inspiration pour moi. »


Pairs-aidants – Les intervenants

  • Claudine Samson, sexologue
  • Julien Normand, travailleur social
  • Samuel Couture-Brière, animateur de vie spirituelle et communautaire
  • Lamia Djemoui, surveillante au service du secondaire
Les pairs-aidants, élèves du secondaire