Témoignages

À vélo, en courant ou en vélo, des employés choisissent le transport actif!

Des membres de notre personnel ont choisi le transport actif, vélo, course ou marche pour se rendre au collège.

Ils partagent leur expérience afin de sensibiliser le reste de la communauté du collège à ce mode de transport écologique, économique et bon pour la santé.

Violaine Fortier

Responsable de la bibliothèque du cours collégial

Violaine Fortier – Crédit photo : Le Journal de Montréal

 

« Il y a 8 ans je recevais un appel étrange d’une obscure compagnie qui s’appelait Bixi.
On m’annonçait avoir gagné un abonnement gratuit pour l’été. J’ai accepté en rigolant et en roulant les yeux tout en pensant à ces fous-en-vélo-c’est-bien-trop-dangereux-de-toute-façon-rouler-a-montréal-franchement!

Puisque c’est gratuit, je pourrais peut-être bien l’essayer « une seule fois », mais surtout pas le matin pour me rendre au travail-c’est-bien-trop-compliqué-en-plus-il-y-a-une-côte-je-vais-arriver-en-sueur!

Je me laisse plutôt rouler jusqu’au bas de la côte Ste-Catherine lors d’une chaude fin de journée d’été.
Et puis tout à coup, sans crier gare, une nouvelle station Bixi s’ajoute près de chez moi. Et puis une autre à côté du travail. Et puis une autre à côté du cinéma…

Et puis et puis et puis… me rendre compte que je ne peux plus m’en passer… que le vélo m’apaise.
Que l’effort du matin est un torrent d’énergie pour la journée entière.
Après deux ans en Bixi-c’est-facile-s’il-pleut-je-peux-revenir-en-métro, j’achète enfin ma propre monture, tout ce qu’il faut pour la pluie et un cadenas-qui-a-de-l’allure.

La troisième année, j’arrête de rouler en octobre parce-que-franchement-il-commence-a-faire-froid-et -sombre-en-fin-de-journée.
La quatrième année, j’arrête vers la fin novembre-parce-que-c’est-juste-des-fous-les-gens-qui-roulent-l’hiver! À partir de ce moment, le vélo me manque tellement que je me suis inscrite à des cours-de-spinning-moi-qui-déteste-faire-du-sport-dans-un-gym!

Au printemps 2016, je suis forcée d’admettre que mon trajet, 12 km aller-retour, pour me rendre au Collège est bien trop facile et trop court! Je découvre alors avec joie les plaisirs des détours : les escaliers de la Montagne, la quiétude du Lac, la beauté du Cimetière… Quelle incroyable chance que de pouvoir se rendre au travail en ville, dans la nature, sans voiture!

Je profite du temps exceptionnel pour rouler jusqu’à la mi-décembre. Et maintenant que faire : mon-cœur-et-mes-jambes-refusent-d’arrêter et pourtant c’est l’hiver?
J’achète de bons pneus d’hiver ainsi qu’un phare à-illuminer-la-tour-du-Mont-Royal et, au retour du travail un banal soir de janvier, je fonce avec bonheur dans ma toute première tempête.

Depuis, j’ai découvert que j’avais le pouvoir réel pouvoir de contaminer. Même mon conjoint s’y est mis, ma belle-sœur et même mon fils… et pourquoi pas vous?

Un des plus grands obstacles à la pratique du vélo, été comme hiver, c’est vous-même. Vos peurs, vos préjugés, alimentés par de trop nombreux mythes sur la pratique vélo. J’espère que ce court témoignage saura vous inspirer. »

En savoir plus :

 

Jacques Boudrias
Enseignant au collégial en sciences humaines

Jacques & Laure Boudrias sont sur leur vélo et portent des casques
Jacques et Laure Boudrias sur leur tandem

« Depuis douze ans maintenant, je circule à vélo pour aller au travail durant la belle saison de mi-avril à la mi-décembre.
J’effectue un trajet de 26 kilomètres environ 4 ou 5 fois par semaine! En 2016, un nouveau défi m’attendait, car ma fille aînée entame ses études secondaires au Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie, localisé tout juste à côté du Collège.
Je souhaitais pouvoir poursuivre le vélo et surtout, encourager ma famille à adopter ce mode de transport actif et sain. Nous avons donc fait l’acquisition d’un vélo tandem et depuis, elle m’accompagne dans nos déplacements.  À l’automne 2018, c’était au tour de sa sœur cadette de commencer ses études au Pensionnat et d’utiliser le vélo tandem avec moi, en compagnie de mon aînée qui roule dorénavant seule en vélo à nos côtés. Un grand plaisir pour moi et une immense fierté est de les entendre me demander le matin… « Papa, on y va en vélo? » »

Edéra Lancione

Edéra est une ancienne étudiante du collège qui s’occupe maintenant de la préparation physique des athlètes des équipes sportives du secondaire. Elle est en poste depuis 2-3 ans et ses responsabilités ne cessent d’augmenter depuis. Elle semble être très appréciée des coachs et athlètes.

Edéra Lancione s’occupe de la préparation physique des athlètes des équipes sportives du secondaire au Collège Brébeuf.

« Tous les jours, d’avril à novembre, je traverse la ville en vélo.
Dès les premiers rayons de soleil du printemps, avec un sourire radieux, sur mon magnifique Fiori mauve et rose, je sillonne ma ville.  Du nord au sud, d’est en ouest, de bas en haut des sommets du Mont-Royal, aucun obstacle ne peut m’empêcher de me rendre à destination. Le vélo est vraiment pour moi le moyen de transport le plus rapide et efficace pour mes déplacements à Montréal!
J’ai eu la chance de dénicher mon bolide dans une vente organisée par Cyclo Nord-Sud, un organisme à but non-lucratif ayant pour objectif de « récupérer et revaloriser des vélos inutilisés » dans plusieurs pays d’Afrique et d’Amérique latine. Dès que j’ai aperçu « mon Fiori », je suis tombé en amour avec lui et par la même occasion avec cette incroyable sensation de liberté qu’offre le vélo pour se déplacer en ville. »

Corinne Tastayre
Enseignante au collégial en biologie et chimie

Corinne Tastayre, enseignante au collégial en biologie et chimie

« Au travail comme en vacances…
Je viens au travail à vélo à quelques reprises durant l’année.
Mon trajet est très long et me prend parfois plus de 2 h à l’aller, ainsi qu’au retour! C’est presque une expédition pour moi. Mais j’adore la route que j’emprunte; j’ai la chance de pouvoir longer la rivière des Prairies et ainsi profiter de la nature.
Comme je suis une grande amatrice d’ornithologie, je peux observer les oiseaux à mon rythme. C’est probablement pour cette raison que mon trajet est aussi long! Lorsque j’arrive à l’école, j’apprécie pouvoir profiter des douches réservées au personnel. Ce qui me permet de me sentir pleine d’énergie pour mes cours.
Au retour chez moi le soir, après une journée bien remplie et 4 h de transport en vélo, je m’écroule dans mon lit, épuisée, mais heureuse. Heureuse, car la route est si belle… si belle comme une journée de vacances comme je les aime, remplie d’oiseaux et de nature à observer. »

D’autres témoignages

« J’ai choisi Brébeuf, car j’étais à la recherche d’un emploi stimulant avec lequel j’aurais la possibilité de contribuer à ma façon à la réussite d’autres personnes. »
Mélanie Bougie
Technicienne animatrice à la vie étudiante et à la résidence

« Travailler dans un établissement d’enseignement privé était une toute nouvelle aventure pour moi. Le Collège Jean-de-Brébeuf m’a charmée par son personnel dynamique et motivé, par l’épanouissement de ses étudiants, en offrant une vie étudiante variée et stimulante. J’ai également le privilège de travailler dans un complexe sportif moderne de haute qualité! »
Stéphanie Côté
Technicienne animatrice à la vie sportive et à la salle d’entraînement – Collégial